Et demain ?

Témoignages de patients

 

Rose, diagnostiquée en 2011

ET DEMAIN POUR ROSE ?

Je veux continuer à vivre normalement, profiter de la vie avec mon fils, mon mari et ceux que j'aime.

J'aimerais dans l'avenir écrire un livre afin de « booster » ces femmes qui se sentent moins belles, moins désirables, ces femmes qui souffrent du regard que peut porter l'autre sur leur corps.

Bien sûr que notre corps change alors il faut absolument apprendre à s'aimer !

«Bien sûr que notre corps change, alors il faut absolument apprendre à s'aimer »

Amélie, diagnostiquée en 2010

ET DEMAIN POUR AMELIE ?

J’ai le projet d’aller en Martinique, d’aller voir ma mère. Je souhaite faire beaucoup de choses. Je veux vire et surtout vivre l’instant présent.

La Martinique, j’y tiens vraiment ! Ça fait très longtemps que je n’ai pas vu ma maman. Mon mari est décédé quand j’ai rechuté. Ma mère est venue à ce moment-là, j’aimerais tellement la revoir.

Elle me manque…

«je veux vivre et surtout vivre l'instant présent »

Adeline, diagnostiquée en 2015

ET DEMAIN POUR ADELINE ?

La maladie m’a permis de vivre dans l’instant présent et de savourer la vie sous toutes ses couleurs. Je me vois épanouie et plus femme que jamais. J’ai trouvé cette confiance en moi qui n’avait jamais été là en fait. Donc la maladie m’a ouverte au monde spirituelle, professionnel, amical. Je me suis rapprochée de certaines personnes.

Demain je me vois plus forte que jamais et vivre de mes rêves parce que j’ai compris que la vie était un éternel recommencement et que demain pouvait ne pas exister.

Donc maintenant je profite de chaque instant et je vis mes rêves. Mon premier rêve c’est de voir ma fille grandir, mon deuxième rêve c’est de vivre de ma plume et mon prochain rêve c’est d’aider les personnes grâce au coaching. Aux personnes qui sont en train de traverser l’épreuve que j’ai traversée, j’ai envie donner une citation que je mets dans mes livres : « souris à la vie. Elle ne te sourit que si tu lui souris d’abord ». Vivez la maladie comme si c’était une aventure, une étape.

«Je me vois épanouie et plus femme que jamais»

Stéphanie, diagnostiquée en 2010

ET DEMAIN POUR STEPHANIE ?

Il y a sept ans quand je suis tombée malade pour la première fois, je n’ai pas eu peur de mourir. Là, récidive de cancer et avec des métastases, j’ai eu peur de mourir. Et ça a changé beaucoup de choses. Ça a changé le fait qu’au quotidien j’ai envie d’apprécier davantage le présent, d’avoir une envie encore plus forte de réaliser concrètement les projets. J’ai accepté le fait d’être rentrée dans la catégorie des maladies chroniques donc je ne vais pas guérir. Tant qu’on me dit que la maladie est contrôlée par le traitement, c’est parfait.

Après je sais que ça peut s’empirer, donc le plus tard possible. Je vais profiter des années à venir.

Avec mon mari, on a des projets ensemble et ça nous a rapprochés. On veut les mener jusqu’au bout. On envisage de déménager, d’avoir une activité professionnelle ailleurs et on s’y emploie en ce moment. C’est un projet que l’on avait avant la récidive et ça ne change pas. Au contraire, ça nous donne encore plus envie de réaliser ces projets-là.

«Avec mon mari, on a des projets ensemble et ça nous a rapprochés. On veut les mener jusqu'au bout. »